11 avril 2015,FREYRAS : Visite d’un site archéologique – SAVERDUN (09)

Le samedi 11 avril 2015, une visite exceptionnelle a été organisée par l’INRAP, L’ADIM et la mairie de Saverdun, afin de faire connaitre au public les découvertes récentes faites lors des travaux réalisés pour la construction d’un centre commercial (sortie Saverdun – direction Auterive). C’est par un bel après-midi ensoleillé que nous avons pu découvrir un site incroyable et ses fouilles en cours : un lieu truffé de sépultures, riche de certaines fondations, silos à grains et mobiliers divers (période allant du II au XIII° siècle)

100_5911

Sur un site gigantesque, une petite portion est allouée pour quelques jours encore aux chercheurs de l’INRAP… La première impression visuelle de ce site met mal à l’aise : des engins de chantier, énormes, bien alignés, attendent l’heure de la curée face aux traces étonnantes de notre histoire, tombes fragiles, silos à grain, restes de temple et d’église… Arrivés tôt pour la visite organisée, nous sommes étonnés par la foule déjà présente et qui ne cessera d’augmenter tout au long de l’après-midi. Les archéologues prennent en charge les arrivants, créent des groupes, expliquent par des panneaux affichés sous des tentes, photos à l’appui, ce que nous allons voir. Organisation parfaite, et contenu passionnant. C’est une chance que de pouvoir participer à un tel évènement. Avec un grand professionnalisme, chaque groupe d’une cinquantaine de personnes est guidé sur le terrain afin de découvrir tout d’abord les traces d’un temple romain et ses tombes alentour, toutes de briques garnies, et étonnamment peu profondes. Puis, nous passons aux silos à grains, enterrés, au four à brique bien conservé, aux fondations de l’église, entourées de leur cimetière : des dizaines et des dizaines de tombes intactes ! Dans le périmètre de l’église, un archéologue termine le dégagement d’un squelette parfaitement conservé et datant selon lui du XIII° siècle.

100_5862

Il reste encore des traces de bois du cercueil, des clous… Nous vivons en direct la découverte.

100_5863

Les chercheurs nous expliquent qu’ils ont déjà exhumé 160 tombes sur les 300 à 400 visibles sur la parcelle qui leur est attribuée. Les ossements seront stockés, étudiés, datés… Dans quelques jours, couchés sur le sol, penchés durant des heures sur des êtres du passé que seuls des pinceaux et des petits outils adaptés remonteront à la lumière, ils atteindront les 200 tombes, fouillant péniblement et patiemment dans la chaleur ou le froid. « Ils » : des hommes et des femmes passionnés, respectueux de l’Histoire. « Les êtres du passé » : toutes ces âmes, tous ces gens nés pour vivre, pour aimer, pour travailler, et qui ont eu des amis, des voisins, des parents, des enfants. Toutes ces personnes mortes et enterrées ici, dans un lieu où ils pouvaient aspirer au plus élémentaire et au plus légitime des droits humains : Reposer en paix. Les diktats économiques auront raison dans quelques jours de leur paix éternelle. Dans quelques jours, si peu, comparés aux siècles traversés, tout ce qu’il reste sera détruit, balayé, dans le chamboulement aveugle des bulldozers obligés à l’outrage imposé à toutes les personnes ensevelies là. 100 à 200 personnes disparaitront définitivement dans la fureur païenne de notre économie moderne. Il existait certainement des solutions : déplacer le futur centre commercial, implanter un site archéologique de référence pour la recherche et l’éducation, avec visites pour nos écoles et nos enfants, et toutes personnes intéressées par l’histoire de notre territoire. Un site qui accueillerait le public, tout en permettant la création d’emplois et la reconnaissance culturelle. Mais il est vrai que notre société de consommation a tant besoin de centres commerciaux… Que faire, que dire, face au « progrès » en marche ? Nous ne pouvons que tirer notre chapeau aux chercheurs, ces « gratteurs de terre », qui ne se plaignent pas de travailler dans la poussière ou la boue, afin de sauver notre humanité de l’oubli. Merci à eux, merci à vous Monsieur PAYA, pour nous avoir fait partager votre passion et votre savoir. Il ne nous reste plus qu’à joindre à ce texte une photo qui parle d’elle-même.

………………………

A ce jour, le 23 octobre 2017, après un appel aux services concernés de la DRAC, il s’avère que le rapport des fouilles tant attendu n’est toujours pas fait.

Patientons donc encore un peu…

 

WP_009384 Historiquement vôtre, L’association Pan de lune

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s