Rapport d’activité Avril 2015

Bonjour à tous nos adhérents, Cet hiver maussade ne nous a pas vus inactifs. En effet, après plusieurs visites sur un site de l’Aude, nous avons découvert un lieu de peuplement ancien, certainement romain voire antérieur. Ce lieu, nous l’avons choisi pour son éloignement de zone habitée, mais dans une aire historique riche d’évènements passés. Comme vous allez pouvoir le constater, le lieu s’annonce prolifique de vestiges, d’anciennes habitations de pierre sèche, de chemins bordés de pierres levées, et certainement de cavités ou caches qu’il nous reste à explorer. Au milieu de vignes et de friches, dans la garrigue, le site est particulièrement tranquille. Ensuite, vous allez voir la découverte d’une grotte ayant abrité des guérilleros pendant la seconde guerre mondiale. Ce site, dont nous avons eu connaissance par hasard, s’avère tout d’abord assez difficile à trouver de part l’aspect confidentiel qui entoure son emplacement et sa localisation. L’entrée du site est pratiquement invisible, perdue dans un amas de roches et de buissons. Bonne lecture.

  SITE ANCIEN

                                              DecouverteA première vue, rien ne permet de distinguer de traces d’occupation, si ce n’est quelques encorbellements en pierre sèche enfouis dans les ronces.

Decouverte (2)

Cependant, sur le haut de la colline, apparaissent des restes de murs et également un affleurement sédimentaire de gypse. En poursuivant l’exploration, nous constatons une importante érosion du terrain due à l’action de pluies violentes et soudaines ainsi qu’à l’action du vent.

decouverte (3)

Sur le sommet de la colline apparait une zone de garrigue, cependant des monticules attirent notre regard.

decouverte (4)

Des restes de murs et de construction sont présents sur le sol.

decouverte (5)

On peut également apercevoir une curieuse pierre granitique taillée, de dimension respectable, 1 mètre environ de long sur soixante centimètres de large. Son épaisseur avoisine les quarante centimètres. Son poids est estimé à plus de 400 kilos.Elle est isolée

decouverte (6)

Sur cette vue, nous distinguons un ancien mur de pierre qui constituait un talus ou le bord d’un chemin.

decouverte (7)

Ici, une vue éloignée du site, de nombreuses traces de passage de sangliers, de lapins, ainsi que des sentiers de chasseurs.

decouverte (8)

En redescendant vers la vallée, nous découvrons des murs servant à canaliser et retenir l’eau de pluie, certaines pierres sont énormes. Voici un des cotés du déversoir.

decouverte (10)

La colline est par endroit très difficile d’accès, roches à escalader, buissons, ronces….Mais, bonne surprise, en continuant notre descente nous trouvons un trou creusé par l’érosion. En regardant à l’intérieur, nous découvrons des murs. Ici, le trou vu de l’extérieur.

decouverte (11)

Première vision de l’intérieur, on distingue un cadre de pierre et le fond en pierres jointes.

Nous pouvons distinguer au fond, à gauche, un espace. J’introduis l’appareil photo afin de capturer une image. La deuxième photo donne une idée de la profondeur.

decouverte (12)

decouverte (13)

Nous décidons de masquer l’entrée de notre découverte, afin d’y revenir plus tard, avec le matériel adéquat nécessaire pour dégager et explorer cette cavité.

En continuant notre descente, nous trouvons un alignement de pierres levées remarquables

decouverte (14)

Certaines, couchées par le temps, font plusieurs centaines de kilos.

Plus bas, nous distinguons à travers la végétation, une très ancienne retenue d’eau bâtie de grosses pierres taillées. Apparemment, elle permet encore aux animaux sauvages de venir s’abreuver, de nombreuses traces d’animaux et d’humidité en attestent.

decouverte (15)

Après cette chaude journée nous décidons de rentrer. Une recherche dans les archives est maintenant en cours afin d’en connaitre un peu plus sur ce site important par sa taille. Notre ami archéologue d’Agde, intrigué par nos découvertes, viendra bientôt visiter le site.

                                                                                              ***

UNE GROTTE EN ARIÈGE : Cache de la seconde guerre mondiale…

Ce site, dont nous avons eu connaissance par hasard, s’avère tout d’abord assez difficile à trouver de part l’aspect confidentiel qui entoure son emplacement et sa localisation. L’entrée du site est pratiquement invisible, perdue dans un amas de roches et de buissons.

100_5160

Après plusieurs visites de recherche sur le site présumé, nous en avons trouvé l’entrée. Hélas, son accès impossible sans matériel, nous oblige à revenir mieux équipés pour y descendre et commencer la découverte.

15 jours plus tard, nous commençons la descente…

100_5432

Profondeur d’accès, 5 mètres en pente raide. A l’intérieur, plusieurs salles de bonne hauteur.

100_5429

100_5461

Près de l’entrée, un empilement d’ossements très friables d’animaux atteste d’une présence ancienne dans la grotte. Cette pierre ronde et haute de 40 centimètres environ servait certainement au dépeçage des animaux chassés.

100_5431

Seules, quelques chauves souris, des araignées, peuplent cette grotte.

Vers le fond, un ancien tas de pierres témoigne d’un effondrement.

100_5451Au plafond, les stalactites, certaines brisées sous leur propre poids, continuent leur poussée millimétrique.

100_5517

Le plafond de la grande salle vu du fond.

100_5461

Au fond de la grotte, et sur notre droite, nous pouvons distinguer d’étroits passages, dont un, plus important, sur la gauche.

100_5468

Ici, un pilier effondré.

100_5479

Dans la grande salle, un pilier majestueux. Notre ami et intrépide adhérent, William, est visible derrière l’humidité. 100_5483De belles concrétions.100_5511Mais il faut remonter… car il va faire bientôt nuit dehors. En avant ! Il faut tirer sur les bras, la roche est particulièrement glissante.

100_5550

Le retour se passe dans la bonne humeur et sous la pluie.

100_5180

En conclusion, actuellement, très peu de traces d’occupation, quelques boites de conserves à peine identifiables, pas de marques sur les parois, pas d’objets oubliés, mais une belle découverte qui restera confidentielle afin de ne pas troubler le calme de la vallée. Il faut savoir, toutefois, qu’il y fut découvert, autrefois, des armes rouillées ayant appartenu aux résistants et guérilleros. Depuis, la grotte est tombée « aux oubliettes ». A suivre…ou à y revenir…

Une autre grotte, non loin d’ici nous a été signalée, beaucoup plus grande et plus profonde, connue seulement d’une poignée de personnes qui nous ont signalé ne jamais avoir pu aller jusqu’au fond car très profonde ; une nouvelle exploration donc qui commencera aussitôt que nous aurons trouvé l’entrée. A bientôt.

Le secrétaire.

Jean-Marc GUESDON

Publicités

Une réflexion sur “Rapport d’activité Avril 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s